suite Systèmes et Cercles Restauratifs

Cette forme originale de justice restaurative a été expérimentée par Dominic Barter depuis plus de 20 ans au Brésil. Elle se diffuse aujourd’hui dans 46 pays et touche les quartiers, la Police, les tribunaux, les prisons, les familles, les établissements scolaires…

C'est une proposition d'alternance à la justice punitive dont nous héritons qui permet à une communauté de s'emparer du conflit dans une logique systémique, en réunissant les différentes parties, en facilitant la verbalisation des tensions et des émotions pour une compréhension mutuelle, en recherchant l'inclusion et la réintégration de l'auteur de l'acte, la réparation du préjudice, la restauration des liens et la sécurité de tous les membres.

Cette manière de prendre soin du conflit est nommée Cercle Restauratif. Lors de cette rencontre, chacun, quelle que soit sa place ou sa fonction, est invité à s'exprimer, écouter, reformuler, coopérer, chercher à comprendre, prendre sa responsabilité, et contribuer à la mise en œuvre du projet d'action élaboré collectivement. Le processus est accompagné par un facilitateur, membre de la communauté peu impacté par le conflit.  

D'autres pratiques restauratives (écoute, médiation…) peuvent coexister avec les Cercles Restauratifs qui nécessitent un fort investissement en temps et en moyens humains.

Le Système Restauratif mis en œuvre par un groupe, une équipe, une classe… construit le cadre et clarifie les différentes possibilités d'accompagnement, accessibles à tout membre du groupe.

 « Ce qui rend le conflit dangereux, c’est de s’en éloigner » (D. Barter)

Ressources : Éducation Nationale. Réseau Canopé :  Guide pour une justice en milieu scolaire (pages 87 à 93)